Nasreddine


On demanda un jour à Nasreddine :
Pourquoi les gens circulent-ils toujours dans tous les sens : les uns vont à l’Est, les autres vont à l’Ouest ; les uns vont au Sud alors que d’autres vont au Nord.
Mais réfléchis donc un peu, répondit le Hodja ; si les gens partaient tous dans la même direction, la Terre perdrait son équilibre.

Récit rapporté par Jihad DARWICHE In Sagesses et Malices de Nasreddine

Nasreddine, c’est un drôle de petit bonhomme, juché sur son âne et coiffé d’un turban. Héros d’une quantité d’histoires courtes qui ont voyagé de la bouche à l’oreille le long de la route de la soie, il est parfois connu sous le nom de Jiha ou encore Goha. Citoyen ordinaire, sans talent spécifique (voire carrément nigaud ?), il est pourtant régulièrement interpellé par autrui pour son opinion « à contresens » sur l’existence. Est-il sage ? Ou est-il fou ? Là où la logique ne voit souvent que deux voies possibles, Nasreddine trouve toujours le moyen de faire un pas de côté, d’attraper la réalité et de la retourner comme on met un vêtement sur l’envers. Ce faisant il met à jour une vérité qui était cachée

Certaines des histoires de Nasreddine ressemblent à des fables, d’autres à des Koan, ces sortes de proverbes bouddhistes absurdes sur lequel le disciple est invité à méditer. Certaines se rapprochent de la farce, avec un Nasreddine proche de notre Scapin, habile à tirer profit d’une situation calamiteuse. Souvent le propos est satirique, questionne la Justice, taquine les puissants. La plupart de ces histoires en tout cas nous paraissent accessibles à tous, petits et grands, avec différents niveaux de réception. L’occasion d’une rencontre intergénérationnelle comme nous les aimons – c’est la force du conte.

Pour servir cet humour subtil, nous avons opté pour un dispositif scénique tout simple : une petite estrade, sur lequel s’installeront deux conteurs-marionnettistes, entourés d’objets et de masques qui leur permettront en un tournemain d’installer des ambiances, d’esquisser des personnages… La technique de marionnette employée : le masque porté, déjà explorée à l’occasion du spectacle Peer Gynt.

Vous êtes professionnel ou enseignant ? Demandez-nous par mail
- un extrait vidéo du spectacle
- le dossier pédagogique du spectacle
à l'adresse suivante : viensvoirenface@gmail.com
Interprétation : Xavier DEPOIX et Adeline DAUTREPPE
Mise en scène : Aurélie MEST
Fabrication des masques : compagnie Viens Voir en Face, d’après le travail conduit par Nanouche ORIANO sur le spectacle Peer Gynt
Travail de la laine : Adeline DAUTREPPE
Construction décor : Tomasz ANGOWSKI / Fanny DUMONT
Lumière : compagnie Viens Voir en Face (spectacle autonome)
Habillage sonore (percussion corporelle) : Olivier LERAT
Soutiens : Le Manipularium – Daru-Thémpô, pôle marionnettique en Essonne 91 / MJC-MPT de Noisiel Le Luzard 77 / le collectif Curry Vavart 75.

Création 1er trimestre 2020.