Nasreddine


On demanda un jour à Nasreddine :
Pourquoi les gens circulent-ils toujours dans tous les sens : les uns vont à l’Est, les autres vont à l’Ouest ; les uns vont au Sud alors que d’autres vont au Nord.
Mais réfléchis donc un peu, répondit le Hodja ; si les gens partaient tous dans la même direction, la Terre perdrait son équilibre.

Récit rapporté par Jihad DARWICHE In Sagesses et Malices de Nasreddine

Nasreddine, c’est un drôle de petit bonhomme, juché sur son âne et coiffé d’un turban. Héros d’une quantité d’histoires courtes qui ont voyagé de la bouche à l’oreille le long de la route de la soie, il est parfois connu sous le nom de Jiha ou encore Goha. Citoyen ordinaire, sans talent spécifique (voire carrément nigaud ?), il est pourtant régulièrement interpellé par autrui pour son opinion « à contresens » sur l’existence. Est-il sage ? Ou est-il fou ? Là où la logique ne voit souvent que deux voies possibles, Nasreddine trouve toujours le moyen de faire un pas de côté, d’attraper la réalité et de la retourner comme on met un vêtement sur l’envers. Ce faisant il met à jour une vérité qui était cachée

Certaines des histoires de Nasreddine ressemblent à des fables, riches d’enseignement sur l’être humain ; d’autres se rapprochent de la farce, avec un Nasreddine proche de notre Scapin. Souvent le propos est doucement satirique, parfois il flirte avec l’absurde. Viens Voir en Face s’est plongée dans ce trésor du patrimoine arabe, et a traduit quelques-unes de ces histoires dans un langage à la croisée des chemins entre conte, théâtre d’objets et marionnette contemporaine.

Au coeur de cette écriture graphique, la recherche sur le masque porté, type de marionnette corporelle pour laquelle la compagnie propose une approche singulière : avec un masque et une partie du corps de celui qui manipule, sont convoquées en quelques secondes des créatures hybrides, morcelées, dotées d’une étonnante expressivité. Miyazaki, Picasso, Claire Heggen ou encore Ilka Schonbein sont revendiquées comme sources d’inspiration de ce travail.

Perchés sur une estrade minuscule, agglutinés l’un à l’autre comme sur un radeau surgissant du néant, un homme et une femme vous convient de l’autre côté du miroir de Nasreddine, pour un voyage sans queue ni tête et pourtant plein de bon de sens. Un voyage parsemé de petits bonheurs, et sur lequel souffle un vent de liberté.

Vous êtes professionnel ou enseignant ? Demandez-nous par mail
- un extrait vidéo du spectacle
- le dossier pédagogique du spectacle
à l'adresse suivante : viensvoirenface@gmail.com
Interprétation : Xavier DEPOIX et Adeline DAUTREPPE
Mise en scène : Aurélie MEST
Fabrication des masques : compagnie Viens Voir en Face, d’après le travail conduit par Nanouche ORIANO sur le spectacle Peer Gynt
Travail de la laine : Adeline DAUTREPPE
Construction décor : Tomasz ANGOWSKI / Fanny DUMONT
Lumière : Josselin BELIAH ou compagnie Viens Voir en Face (forme autonome).
Habillage sonore (percussion corporelle) : Olivier LERAT
Soutiens : Le Manipularium – Daru-Thémpô, pôle marionnettique en Essonne 91 / MJC-MPT de Noisiel Le Luzard 77 / le collectif Curry Vavart 75/ Le centre culturel le Moustier, Thorigny-sur-Marne 77.

Création 27 février 2020 à la Maison Pour Tous le Luzard de Noisiel